Il n’y a pas un texte d’aucune religion qui ne contienne pas de violence. Je ne fais aucune citation pour ne pas alourdir ce texte, je les ferai à la suite au besoin. Tout est vérifiable.

Même l’évangile, s’il ne porte pas à la violence envers l’ennemi, exception faite de Jésus chassant les marchands du temple avec un fouet, recourt régulièrement à la menace verbale dans des termes sans équivoque.
Jésus prescrit même parfois une violence physique extrême que le pécheur doit diriger contre lui-même.

Je condamne toute violence, que cela soit bien clair.
Et je condamne toute tentative – gravissime aux Yeux de Dieu – de se prendre pour ses justiciers.
Dieu appelle – dans tous les textes sacrés – les hommes à la demeure de la paix, à s’engager pour cela sur le chemin du repentir pour soi et du pardon pour l’autre.
Même lorsque le Coran autorise les croyants en situation de péril collectif extrême à défendre leur foi et leurs vies, il pose des limites infranchissables et des conditions restrictives.

Mais je m’interroge.
Dieu connaît les homme et sait parfaitement que les beaux discours n’ont jamais empêché les coups de poignards ou aujourd’hui les bombes, celles des terroristes ou celles des états démocratiques, qui sèment eux aussi la terreur.
C’est sans doute la raison pour laquelle Ses messages et Ses messagers recourent parfois à la menace.
Et pourquoi également nous aurions tort de nous croire à l’abri de Sa colère : ce monde est bâti sur trop de mensonges, certains bien visibles, d’autres inextricablement mêlés au point de ne plus pouvoir y voir clair, et parmi toutes les violences, le mensonge est sans doute la plus grande violence faite à Dieu.

Chacun aura à rendre compte de chaque pensée empreinte de mensonge, de chaque parole empreinte de mensonge: de sa part de participation au mensonge généralisé.
Il n’y aura plus de Déluge.
Mais Son jour viendra. Tout en Lumière.
Et pour le mensonge que nous abritons, pour le mensonge dont est secrètement bâti le monde, il ne saurait y avoir plus grande violence.

Publicités