Dieu crée.
Ce qu’il crée ne Lui est pas étranger puisque cela vient de Lui, mais n’est pas Lui non plus, puisqu’il ne Se crée pas.
La création est donc ainsi à la fois unie à Dieu et distincte de Dieu.

Réaliser – au sens fort – cette unité de tout, donc de soi, avec Dieu revient à s’unir à Dieu – tout en restant distinct de Dieu.

Il n’y a jamais égalité ni identité de quoi ou de qui que ce soit qui existe dans le monde créé avec le Créateur, mais il peut y avoir communion jusqu’à un stade encore insoupçonné, comme-union, comme une union, de sorte que deux ne font plus qu’un – bien qu’Un seul est et demeure l’Un qui est Un, pas l’Un qui est trois ou l’Un qui est deux.

Tel est Dieu selon la Torah, selon l’évangile de Jésus, et selon le Coran.

 Et donc toute autre vision de Dieu pourrait peut-être être comprise de façon allégorique, métaphorique, mais surtout pas de façon littérale (selon qui d’ailleurs ?), ou dogmatique (selon les conciles de l’empire romain).
Publicités