« Ceux qui sont miséricordieux, Dieu sera miséricordieux envers eux. Soyez  miséricordieux envers les habitants de la terre, Celui qui est dans le ciel sera miséricordieux envers vous », hadith rapporté par Abou Daawoud et Tirmidhi.

La miséricorde (rahma) c’est d’abord le geste juste, qui découle de la sensibilité à autrui (ar-riqa).  Elle ne prend pas l’autre de haut, ne l’offense pas, ne l’amoindrit pas : « Ne prends pas un air arrogant en abordant tes semblables. » Coran, 31.18.

C’est aussi l’exercice du pardon (al-maghfira), qui délivre l’avenir, allège le passé, renouvelle la vie ; c’est fermer les yeux sur les fautes ou les faiblesses de l’autre pour peu que l’autre s’en repente : car le Paradis est pour ceux « qui savent réprimer leur colère et pardonner à leurs semblables, car Dieu aime les bienfaiteurs. », Coran, 3.134.

Et s’il ne se repent pas, c’est s’abstenir de porter sur lui une condamnation définitive : « Le fait qu’ils soient coupables ne te permet pas de décider de leur sort.» Coran, 3.128.

Enfin elle est affection (at-ta’attuf), qui réconforte, apaise, adoucit, accueille ; qualité primordiale de toute fraternité, que le couple doit tout particulièrement travailler pour entretenir son foyer : « Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. » Coran, 30/21

S’efforcer d’être miséricordieux, devenir miséricordieux, c’est un chemin d’humilité, et c’est la voie royale pour se rendre digne du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux.

Publicités