Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S’il provenait d’un autre que Dieu, ils y trouveraient certes maintes contradictions !
Coran. Chap. 4. Verset 82.

Il est indiqué dans le Coran qu’il est dépourvu de contradictions, et que tout autre livre humain du même gabarit aurait certainement des contradictions.
Sahih El Bukhari et Sahih Muslim sont les livres de Sunna les plus fiables, et tout ce qu’il y a à l’intérieur est pris comme vérité absolue par beaucoup de musulmans en oubliant que leurs auteurs ne sont pas infaillibles.
Les érudits auteurs de ces livres ont fait un travail considérable et respectable en traitant très sérieusement l’affiliation des Hadiths (paroles du prophète) pour les reprendre pour les générations futures.

En ayant un esprit objectif on peut aisément concevoir le fait que, lorsqu’un Hadith conforte l’esprit du Coran on le prend. Lorsqu’un Hadith contredit l’esprit du Coran, il n’émane sûrement pas du prophète (saws) mais est une invention qui a été malheureusement ajoutée dans les livres de la Sunna par les ennemis de l’époque.

Avec nos moyens modernes (dont les moteurs de recherches) on peut facilement le déceler, ce qui ne fut pas le cas pendant tous ces siècles.

Le Hadith faisant mention de l’âge précoce d’Aicha (9 ans) n’est pas à prendre comme récit certain car il est singulier (Ahad) et non notoire (Moutawatir) et n’a été rapporté que par une seule personne, Hicham Ibn Ourwa. Et surtout, il contredit beaucoup d’autres récits.

Plusieurs érudits, dont l’Imam Malik ont jugé que ce compagnon qui a rapporté son récit après l’âge de 71 ans n’était pas crédible vu son âge et sa mémoire faiblissante. Aucun autre compagnon de Médine n’a renforcé la version de ce Hadith.

Ceci dit, essayons de situer le Hadith par rapport à d’autres Hadiths et de les comparer par le calcul.
Nous avons historiquement les données suivantes :

A l’âge de 40 ans = première révélation du prophète (pbsl) = année 1 de la révélation.
A l’âge de 53 ans = l’immigration à Médine (l’Hégire) = année 13 de la révélation.
A l’âge de 55 ans = le prophète (pbsl) a consommé son mariage avec Aicha = année 15 de la révélation.

Donc selon Hicham Ibn Ourwa, Aicha avait 9 ans lorsqu’elle a consommé son mariage avec le prophète, et donc elle devrait être née dans l’année où le prophète (pbsl) avait 46 ans, c’est-à-dire à la 6ème année de la révélation.

Et pourtant, selon le même livre Sahih El Bukhari, Aicha déclare que lorsque la sourate la Lune (Chap. 54) fut révélé, elle était une Jaria (jeune fille consciente entre 8 et 12 ans). Cette sourate a été révélée 6 ans après la première révélation. Si à 6 ans après la révélation Aicha avait entre 8 et 12 ans, selon le calcul, lors de sa consommation du mariage, elle devait avoir entre 17 et 21 ans.

Toujours selon Sahih El Bukhari, Aicha était fiancée à un non musulman, Jubayr Ibn Mutaam Ibn Adiy. Ceci n’aurait pu être qu’avant la révélation. Vu que Abu Bakr (le père d’Aicha) a été parmi les premiers à suivre le prophète (pbsl), Aicha était fiancée avant la première révélation du prophète. En admettant que Aicha était née le jour de la révélation et fiancée le jour de sa naissance et a rompu le même jour (ce qui est évidemment impossible), elle devait avoir 15 ans lors de son mariage. Si on admet qu’elle fut fiancée à Jubayr à 7 ans (ce qui est plus probable), et avait rompu à 9 ans, deux années plus tard (année de la révélation), elle devait avoir 24 ans lors de son union avec le prophète (pbsl).

Selon Sahih El Bukhari, Aicha déclare qu’elle se souvient de la conversion de ses parents à l’Islam, et des visites du prophète (pbsl), ainsi que bien plus tard, du boycott social et économique établi par les Mecquois (6e année de la révélation). En admettant que Aicha se souviennent d’un événement s’étant passé à l’âge de ses 6 ans, elle devait avoir au moins 21 ans lors de sa consommation de mariage.

Selon Sahih Muslim, Aicha déclare avoir participé à la bataille de Badr en l’an 2 de l’Hégire. Il est plus qu’improbable que le prophète ait pu l’emmener alors qu’elle avait 9 ans, car dans beaucoup d’autres récits, il a empêché des garçons de 14 ans de les suivre car ils n’étaient pas encore hommes, cette règle étant encore plus probante concernant les femmes. Encore une fois, ceci corrobore le fait que le Hadith qui indique l’âge précoce d’Aicha lors de la consommation du mariage n’est pas crédible.

Selon un récit de Tabari, les quatre enfants d’Abou Bakr (que Dieu l’agrée) sont nés avant l’avènement de l’Islam. Selon le calcul, Aicha devait donc être née avant que le prophète n’eut 40 ans. C’est-à-dire que Aicha avait plus que 15 ans.

Dans son livre El Sirra, l’Imam Mohammed Ibn Ishak, a énuméré Aicha comme 19e personne ayant embrassé l’Islam alors qu’elle était jeune. En sachant que les 20 premières personnes ont été convertis dans les premiers mois de la révélation, et en admettant que Aicha fut musulmane dès l’âge de la raison, elle devait avoir au moins 7 ans lors de la révélation, et 21 ans lors de sa consommation de mariage.

Selon un récit d’Ibn Kathir et d’autres, Asma avait 10 ans de plus que sa sœur Aicha, et elle est morte en l’an 73 de l’Hégire à l’âge de 100 ans. Selon ce calcul, Asma devait avoir 27 ans à l’immigration (l’Hégire), et donc Aicha  17 ans. Et comme que le prophète (pbsl) avait consommé son mariage avec Aicha 2 ans après l’Hégire, elle devait avoir 19 ans.

Il est évident que nous ne pouvons pas savoir l’âge exact de Aicha lors de sa consommation du mariage avec le prophète (pbsl). Une thèse sur ce sujet est plus que nécessaire. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est pas sage ni raisonnable ni même crédible de fonder l’âge d’Aicha à travers un seul Hadith qui contredit beaucoup d’autres, rapporté par un vieux compagnon, honorable certes, mais dont la mémoire n’était plus fiable.
A mon humble sens, en comparant tous les récits avec pondération, ce compagnon a fait le calcul en pensant qu’Aicha était née 7 années avant l’Hégire (El Hidjra), alors qu’en fait, c’était 7 années avant la révélation (El Biâtha). Donc elle devait avoir 22 ans lors de la consommation du mariage. Ce qui conforte le fait qu’aucun ennemi de cette époque n’avait reproché ce fait au prophète (pbsl), eux qui cherchaient la moindre occasion pour lui porter préjudice.

Que Dieu agréée tous les nobles compagnons du prophète, paix et bénédictions sur lui.

Et Dieu sait mieux.

Selim Zerdani.

Publicités