La logique coranique est de prime abord déconcertante. 
Qui est ce « Nous » qui Parle ? Pourquoi ces répétitions ? Quelle est la Logique dans tout cela ? Etc.

Le Coran renverse tout et le mental est dépassé.

Il Procède essentiellement du haut vers le bas ; à la vérité, du Très Haut vers nous.
C’est pourquoi l’ordre des propositions peut ne pas suivre les causalités humaines, mais s’axe autour de l’Omniscience divine :
« La Révélation du Coran est l’œuvre de Dieu, le Tout-Puissant, l’Omniscient » ; ce n’est pas une parole inspirée, aussi belle soit-elle et parlante d’homme à hommes.

C’est une Voix Céleste qui Exprime sans détours – aussi beaux soient parfois les détours – la Volonté de Dieu.
Sa lecture est un apprentissage, parce qu’elle est une rencontre inattendue avec le Tout Autre :

« Qui fait sortir le vivant du mort et le mort du vivant ? Qui règle la marche de l’Univers?. Ils répondront : C’est Dieu !. Dis-leur alors : Qu’attendez-vous donc pour Le craindre ? » 
10.31
Etant le Tout Autre, Sa Parole n’obéit pas à la parole humaine à laquelle Elle recourt. La lecture du Coran est un apprivoisement.
Parole de Dieu, comme Telle incomparable, le Coran est comme le Tuteur du lecteur. C’est Dieu qui Fait mûrir et pour ainsi dire « croître » la lecture jusqu’à maturité, c’est Dieu pour finir qui Rend Son Livre facile – quand le lisant ou le récitant s’est libéré des interprétations automatiques, instantanées ; bref de ses préjugés.

Quand la vue a ôté le voile qui la recouvrait.
Pour ne pas user ses préjugés à la rugosité d’un Texte déconcertant, il s’agit donc d’apprendre à méditer dans le Tout : la Parole coranique est non comme un chemin linéaire à parcourir, mais plutôt comme un infini puzzle dont le Motif se dessine peu à peu, éclairant d’un Jour nouveau tel ou tel passage qui était resté incompréhensible ou qui était d’abord compris séparément et en contradiction avec d’autres passages.
L’Unité de la Parole est donc ainsi toujours la Clé, l’Unité miséricordieuse.

Publicités