On entend parfois cette phrase :

« Fêter la naissance du Prophète est une bid’a (innovation). »

Qu’en est-il vraiment?

« C’est une bid’a, car ni le Prophète, ni les compagnons, ni les salafs (ancêtres, prédéceseurs) ne le faisaient ! »

Est-ce un argument valable?

Le Sheikh ‘Izz ad-din Ibn ‘Abdel-Ssalâm ainsi que la grande majorité des savants disent que l’innovation se divise en cinq statuts bien distincts ;

1) Les innovations nécessaires (« obligatoires »).
2) Les innovations défendues (« interdites »).
3) Les innovations louables (« recommandées »).
4) Les innovations blâmables.
5) Les innovations permises.

Quelques exemples d’innovations nécessaires et louables :

1) On sait qu’à la prière du Vendredi, il y a trois adhans (appels) ;

Le premier pour que les gens commencent à se réunir.
Le deuxième, avant que l’imam ne monte sur le minbar pour faire le sermon.
Et enfin le troisième pour la prière.

Et bien saviez-vous que le premier adhan n’a jamais existé du temps du Prophète, ni de celui du califat d’Abu Bakr (raa), ni de celui d’Omar (raa), mais seulement du temps d’Othman Ibn Âffan (raa) !

Cet adhan a été instauré par Othman (raa), car il voyait que les musulmans commençaient à se multiplier. C’était une bid’a nécessaire.

2) Le microphone.

Qui, parmi le Prophète, les compagnons et les salafs, utilisait un microphone pour diriger la prière?
Encore une fois, c’est une bid’a nécessaire.

3) La compilation du Coran

Elle a été réalisée une première fois au temps d »Abou Bakr (raa), moins d’un an après la mort du prophète, puis d’Othman (raa).

C’était une bid’a nécessaire.

Etc.

Fêter la naissance du Prophète est-elle une bid’a ayant quoi que ce soit de blâmable en elle-même ? Bien sûr que non ! Donc pourquoi serait-elle illicite ?

Le jour d’Achoûra nous jeûnons pour nous remémorer le jour où Dieu fit sortir Moïse (as) de l’Egypte. Pourquoi ne pas faire pareil pour la naissance du dernier prophète ?

Conclusion.

 Il n’y a aucun mal mal à fêter la naissance du Prophète par amour pour lui. Si vous considérez que c’est une innovation grave, illicite et interdite, c’est votre droit, et la solution est très simple ; ne la faites pas.

Si vous  consacrez ce jour au souvenir du prophète et à méditer son exemple, Dieu Voit votre intention.

«Nulle contrainte en religion »

2/256

Publicités