« Celui qui change de religion, tuez-le » (Bukhari) ???

Analyse Coranique ;

Le Coran mentionne l’apostasie de manière explicite dans plus d’un verset, sans pour autant lui fixer une sanction terrestre.

Et si Dieu l’avait Voulu, cette sanction serait mentionnée, assurément.

« Les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion… Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier d’Allah, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur. Telle est la grâce d’Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient. » (Coran 54:5)

Où est la peine ici?

« Quiconque a renié Allah après avoir cru… – sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi – mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, ceux-là ont sur eux la Colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. »

(Coran 16:106)

« Ceux qui ont cru, puis sont devenus mécréants, puis ont cru de nouveau, ensuite sont redevenus mécréants, et n’ont fait que croître en mécréance, Allah ne leur pardonnera pas, ni les guidera vers un chemin (droit). »

(Coran 4 :137)

A la lumière de ces versets, nous voyons très bien que le Coran ne prescrit AUCUNE peine terrestre envers ceux qui ont mécru après leur foi.

D’autres versets témoignent que Dieu accorde la liberté de conscience à chacun, et sans contrainte aucune ;

« Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. »

(Coran 2:256)

« Quiconque le veut, qu’il croie, et quiconque le veut, qu’il mécroie.»

(Coran18:29)

– « Mais vous ne comprenez pas! Ces versets là ne parlent que de ceux qui ne sont pas musulmans! Mais pas de ceux qui sont entrés en islam puis ont voulu sortir !!! »

Ah ? Vraiment ? Mais qu’en est-il de ceux qui sont nés musulmans puis ont voulu quitter ?

– « Et le hadith..? »

Un hadith sans la moindre assise coranique ne peut pas être retenu, ce qui revient sinon à placer une parole rapportée avec deux siècles d’écart au-dessus de la Parole de Dieu !

En outre un autre hadith, dans Bukhari également, plus complet cette fois-ci, précise ; « celui qui quitte l’islam puis prend les armes contre la Communauté », c’est-à-dire que l’apostat rajoute à son apostasie une « rébellion » armée contre les musulmans.

Abdalrazaq dans son Musannaf relate des récits de ‘Umar ibn al-Khattab et ‘Umar ibn Abdelaziz qui disent que l’apostat pacifique doit être considéré comme un « dhimmi » et qu’il ne faut pas le toucher.
Le prophète a dit (selon Muslim) à ce sujet : « Celui qui fait du mal à un dhimmi, trouvera en moi un adversaire le jour du jugement. »

Conclusion.

La peine d’apostasie n’a aucune base solide.

Publicités