Mécréance, mot composé de « mes » (de missa : faux) et de croire.
Mécréance = fausse croyance/fausseté dans la croyance.

.

Gens du Livre et mécréance.

[2:146] Ceux à qui Nous avons donné le Livre le reconnaissent comme ils reconnaissent
leurs enfants. Or, certains d’entre eux cachent sciemment la vérité.
[2:147] La vérité vient de ton Seigneur ; ne sois donc pas parmi les sceptiques.
[2:148] À chacun une direction vers laquelle il se tourne. Rivalisez donc dans les
bonnes œuvres. Où que vous soyez, Dieu vous rappellera tous vers Lui. Dieu est capable de toute chose.

Selon le Coran, il est possible de trouver/retrouver la Parole de Dieu dans les Écritures antérieures ; il est donc possible de ne pas être dans la fausse croyance en suivant le Fond de vérité de la Torah ou de l’évangile :

« À toi aussi Nous avons révélé le Coran, expression de la pure Vérité, qui est venu confirmer les Écritures antérieures et les préserver de toute altération. », Al-Maidah 5.48

Ainsi donc, même sans être musulman selon le Coran, on peut être musulman selon les Écritures antérieures.

C’est cette vérité que l’on a sous les yeux quand on lit  2/62 en extension, c’est-à-dire sans en limiter la portée par le biais de sa contextualisation ou à travers des commentaires de savants (1).

 
Certes, 
ceux qui ont cru, 
ceux qui ont adopté le judaïsme, les chrétiens, les sabéens, 
quiconque parmi eux a cru en Dieu, 
au Jugement dernier 
et a pratiqué le bien 
trouvera sa récompense auprès de son Seigneur 
et ne ressentira 
ni crainte 
ni chagrin.

Al-Baqara 2.62. 

Il me semble que c’est encore cette vérité qui nous permet d’aller vers les Gens du Livre en leur proposant de con-venir ensemble de la Parole qui nous est commune (3/64).

« Mettons-nous d’accord sur une formule valable POUR NOUS et POUR VOUS :
à savoir de n’adorer que Dieu Seul,
de ne rien Lui associer
et de ne pas nous prendre les uns les autres
pour des maîtres en dehors de Dieu. »

Coran, 3/64

***

Reste que le Coran existe et que Muhammad (saws) l’a transmis et bien transmis.

Les Gens du Livre droits et sincères ont depuis lors le choix entre :

– l’accepter et devenir musulman selon le Coran ;

– ne pas le comprendre mais faire alliance (3/64) ;

– le rejeter (ou même le combattre), et ainsi s’exposer au danger de fausse croyance.

Quant à nous, musulman selon le Coran, en tant que récepteurs de la Vérité inaltérée, nous avons une responsabilité bien plus grande.

_________

(1) Point fondamental dans la lecture et l’effort de compréhension du Coran : la contextualisation ne saurait épuiser la textualité, les commentaires ne sauraient limiter la Parole de Dieu.

Forgiveness
Allah appelle [les hommes] à la Demeure de la Paix (Dâr us-salâm) et Guide qui Il veut vers un droit chemin. A ceux qui auront fait le bien reviendra la plus belle [récompense] et même davantage. Leurs visages ne seront ternis ni par la poussière ni par l’humiliation. Ceux-là seront les gens du Paradis où ils demeureront pour l’éternité. Coran, 10/25-26
_________________________________

Voir en complément sur le même sujet :

Un atome de bien/un atome de mal.

Publicités