Le Coran demande au messager de vaincre sa gêne :

« C’est un Livre qui t’a été descendu ; qu’il n’y ait, à son sujet, nulle gêne dans ton cœur ; afin que par cela tu avertisses, et (qu’il soit) un Rappel aux croyants. »
Sourate 7, 2

.

Le Coran confirme la vertu du messager :

« Et tu es certes, d’une moralité éminente. »
Sourate 68, 2 – 4

.

Le Coran confirme la réputation du messager (Al Amine, « le digne de confiance », son surnom mecquois antérieur à la Révélation)

« Nous savons qu’en vérité ce qu’ils disent te chagrine. Or, vraiment ils ne croient pas que tu es menteur, mais ce sont les versets (le Coran) de Dieu, que les injustes renient. »

Sourate 6, 33

.

Le messager doit assumer courageusement d’être calomnié :

« Certes, des messagers avant toi (Muhammad) ont été traités de menteurs. Ils endurèrent alors avec constance d’être traités de menteurs et d’être persécutés, jusqu’à ce que Notre secours leur vînt. »
Sourate 6, 34

.

Le Coran institue et limite le rôle du prophète :

« Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Dieu. Et quiconque tourne le dos… Nous ne t’avons pas envoyé à eux comme gardien. »

Sourate 4, 79 – 80

.

Le Coran relativise le rôle du messager :

« Ce n’est pas à toi de les guider (vers la bonne voie), mais c’est Dieu qui guide qui Il veut. »
Sourate 2, 272

.

Le messager n’est pas dans le secret de Dieu :

« Dis-[leur] : Je ne vous dis pas que je détiens les trésors de Dieu, ni que je connais l’Inconnaissable, et je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé. »

Sourate 6, 50

.

Dans la maison du prophète (saws), reconstitution.
Dans la maison du prophète (saws), reconstitution.
Publicités