Al ‘Ajamî est en train d’élaborer un tafsir révolutionnaire : il ne lit pas le Coran à travers le filtre des interprétations traditionnelles – qu’il maîtrise en profondeur cependant -, elles-mêmes formées concentriquement par empilement les unes sur les autres, avec pour « méthodologie » une saisie littéraliste du Dit coranique, appuyée essentiellement sur une lecture également littéraliste et apologétique des hadiths qu’elle a elle-même accrédités !
Al ‘Ajamî a mis en œuvre une analyse littérale extrêmement précise et détaillée, fondée sur une approche indissociablement spirituelle et rationnelle, logique du Dit coranique – ce qui correspond parfaitement à ce que le Coran nous enjoint explicitement de faire : méditer, réfléchir par nous-mêmes.
Il ne s’agit en aucun cas de rejeter les trésors d’érudition de la tradition, mais de se remettre à l’écoute du Coran dans une virginité interprétative qui seule permet de laisser passer et résonner en nous la puissance, la cohérence et la profondeur infinie du Message tel qu’il se donne aux hommes.

Islamic_Wallpaper_Quran_004-1366x768

Ci-dessous quelques explications de l’auteur sur sa démarche :

L’essentiel à comprendre est que l’interprétation du Coran n’est pas de nature révélée, il n’y a pas en Islam de continuum entre la Révélation et les hommes par l’intermédiaire de l’Esprit Saint !

Notre lecture est littérale, répétons le, elle ne s’écarte pas du texte pour épouser un consensus ou une idéologie, elle se limite à revenir à l’origine, au sens premier, un ta’wîl (interprétation) étymologiquement parlant. Le Coran est vivant sous nos yeux il suffit de le lire sans aucun préjugé ou « pré-pensé » pour s’y ressourcer, pour que son sens immédiat surgisse en nous. Ce temps de lecture est fortement positif, il est obligatoirement en harmonie avec le lecteur tout comme il avait été – toute proportion gardée mais le phénomène est de même nature – pour la première génération. C’est cet équilibre entre l’être, le lecteur présent, et la compréhension du Coran que nous nommons réactualisation.

……………………………………………………………………………………………

–  Le message divin se doit d’être clair et intelligible. (S42.V2-3)

–  Le sens délivré doit pouvoir être accessible à toutes les cultures. (S30.V58)

–  Le sens vaut pour tous les temps. (S25.V1.)

« Béni soit Celui qui a révélé à Son serviteur le Discernement afin qu’il soit pour tous les mondes avertissement. » S25.V1.

En ce verset à portée universelle, le Coran n’est pas désigné par son nom mais par son contenu « un message permettant de discerner le vrai de l’erreur, un critère, le Discernement. »

……………………………………………………………………………………………

Nous recommandons enfin l’écoute de cette courte vidéo où l’auteur résume sa démarche :

Lire le Coran sans médiation de connaissance

Publicités