Les chercheurs évoquent un ancêtre commun, un singe. Ce singe a lui-même un ancêtre, etc.
L’ancêtre commun à toutes les espèces connues, ils l’appellent LUCA, probablement un micro-organisme, mais on n’a pas de fossile.
La Recherche Fichier base
L’homme descend donc de Luca, par une suite de hasard, de croisements, et peut-être bien quelques miracles.

Pourquoi « quelques miracles » ?

Parce que l’évolution ne rend pas compte de l’homme.
Il manque non seulement des chaînons – malgré l’abondance de fossiles trouvés -, quelques gènes – qui font toute la différence -, mais aussi une série d’explications sur ce qu’il y a de plus noble en l’homme dans son exercice de la parole, de la beauté, de l’amour ; toutes « choses » à quoi rien dans l’évolution ne correspond, ne sert de marche-pied.
Il est donc hautement légitime d’envisager qu’une Donnée créatrice soit intervenue – au moment propice – pour franchir l’espace qui sépare le singe de l’homme au sens élevé du mot.
Donc, on peut aussi légitimement dire que l’homme ne descend de rien, ou de tout ; des singes, des poissons, de l’eau, des étoiles, des premiers atomes et par-dessus tout ça, du Don créateur.
Car outre que l’homme descend de ceci ou de cela, il monte, il monte, peut-être plus haut que les anges, à qui Dieu a demandé de se prosterner devant l’homme.
Donc la vérité de l’homme n’est assurément pas dans sa généalogie physique, qui se perd jusqu’aux premières étoiles, mais bien plutôt dans sa généalogie spirituelle – qui n’a pas encore été trouvée, mais qui est haut.
Très haut…

Flying_Girl

Voir aussi :

Arrêtez donc de faire ces grimaces et montez un peu plus haut que la dernière branche : ne voyez-vous que même les arbres aspirent au Ciel ?

Publicités