La polygamie était un état de fait répandu antérieur à la Révélation coranique. Elle avait également, pour les premiers musulmans, une utilité humanitaire relative, à cause des veuves et des orphelins nombreux dans la Communauté, suite aux combats auxquels ils durent faire face.

orphelins

Le Coran n’institue pourtant pas la polygamie, mais la tolère, 
ce qui est totalement différent.
Et la tolère dans des limites quantitatives et qualitatives bien définies :
« Si vous craignez d’être injustes pour les orphelins, épousez des femmes qui vous plaisent. Ayez-en deux, trois ou quatre, mais si vous craignez d’être injustes, une seule. » (sourate 4, verset 3)
Or, avertit le texte dans la même sourate, la seule au demeurant à évoquer ce sujet :
« Vous ne pouvez jamais être juste envers vos femmes, même si vous le désirez ardemment ». (sourate 4, verset 129).
Nous voyons que loin de l’instituer, le Coran procède à une véritable pédagogie de … découragement de la polygamie.
Pour Dieu, rien de plus beau que le couple.

b15dd-cute-mustlime-couple9

D’ailleurs, le Coran ne contient aucun verset consacré en soi à la polygamie. Le Coran n’autorise nulle part les hommes à épouser des femmes parce que cela leur conviendrait.

Dans la Sourate « Les Femmes », Sourate qui s’ouvre sur le Rappel de l’Unité sacrée du couple humain Créé par Dieu -, le troisième verset prend en considération le sort des orphelins.

C’est ici que la polygamie apparaît, mais strictement articulée à la condition des orphelins :

« Si vous craignez d’être injustes pour les orphelins, épousez des femmes qui vous plaisent. Ayez-en deux, trois ou quatre, mais si vous craignez d’être injustes, une seule. »

 

La polygamie n’est donc pas l’objet d’un verset qui lui serait consacré et qui l’instituerait comme un droit valable en toutes circonstances.

Par contre, le Coran se soucie du sort des orphelins. Et propose – de façon conditionnelle – une solution pour qu’aucun d’eux ne soit victime d’injustice.

De façon conditionnelle, car « si » un orphelin ne subit pas d’injustice, il n’y a pas lieu de recourir à la polygamie.

Mais « si » des orphelins souffrent d’injustice, alors – et alors seulement -, le recours à la polygamie est permis … comme un moindre mal.

3024027170_1_3_ENHnqmqs

Un moindre mal, car la polygamie, le Coran l’affirme sans équivoque, est – en soi – porteuse d’injustice pour les femmes, comme on peut le lire dans la même Sourate, au cent-vingt-neuvième verset :

……………………………………………« Vous ne pouvez jamais être juste envers vos femmes – même si vous le désirez ardemment ».

En aucun cas Dieu ne saurait Instituer comme une règle généralisable, valable en toutes circonstances, une situation intrinsèquement porteuse d’injustice pour le commun des croyants.

Dieu n’aime pas l’injustice.
Il n’est donc en aucun cas permis – en soi – aux hommes de prendre plusieurs épouses, mais il est permis aux hommes de prendre en charge des orphelins « si » ceux-ci sont victimes de situations injustes.

Concluons. La tolérance polygame n’est pas un droit donné aux hommes envers les femmes mais un devoir qu’ils peuvent avoir à assumer.

_44764662_5a09fba3-3f76-4c7a-ab8a-930f352dbed9

 

Publicités