« Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oiseau,
puis je souffle dedans ; et, par la permission de Dieu, cela devient un oiseau.
Et je guéris l’aveugle-né et le lépreux,
et je ressuscite les morts,
par la permission de Dieu.”
(Coran, 3:49)

Cette énumération n’est pas allégorique : former de la glaise et que cela devienne un oiseau vivant, ce n’est pas une allégorie, guérir un aveugle-né (de naissance ; pas un aveugle spirituel), ce n’est pas une allégorie, ressusciter les morts, qui vient conclure cette énumération de faits parfaitement concrets peut être vu allégoriquement… ou concrètement.
Quoi qu’il en soit, Dieu Sait Mieux et Dieu distribue Ses Dons à qui il Veut, et comme Il Veut.
Jésus dans le Coran apparaît donc comme ayant reçu des Dons exceptionnels, extraordinaires et ce, avant même de naître.
Mais le fait qu’il s’agisse de… Dons justement, interdit de le déifier : celui qui reçoit un Don n’est pas Celui Qui Donne.
C’est toujours Dieu, l’Auteur d’un miracle.

Publicités